Recherche Clinique

La recherche clinique

L’actualité de la recherche clinique sur le SIDA et les co-morbidités

Préambule

Le programme PACCI, site de l’ANRS de Côte d’Ivoire (programme franco-ivoirien de recherches sur le SIDA et les maladies associées) a toujours été depuis 20 ans aux rendez-vous des grandes questions que s’est posé la communauté scientifique :

  • La prévention des affections opportunistes(essai sur l’utilisation du cotrimoxazole)
  • La question de la prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant avec différents essais cliniques évaluant des schémas thérapeutiques à base d’antirétroviraux afin de diminuer et même éliminer cette transmission => essais DITRAME
  • La question de la « vacance thérapeutique » :était-il possible de prendre ses traitements un moment, les arrêter au moment opportun , puis les reprendre ? (essai TRIVACAN)
  • La question du traitement antirétroviral précoce : quand commencer le traitement antirétroviral ? faut-il traiter plus tôt , dès qu’on est dépisté ; dans un intérêt individuel (amélioration de la qualité de vie et de l’espérance de vie) mais également collectif (diminution de la transmission du VIH) => essai TEMPRANO dont les résultats ont été publiés dans la revue de médecine la plus prestigieuse au monde et dont ces mêmes résultats viennent comme dans es autres essais susmentionnés de guider les recommandations de l’OMS sur la prise en charge des PVVIH.
  • La simplification du traitement ARV chez l’enfant (essai MONOD)
  • Le soutien à l’observance au traitement (essai THILAO)
  • La recherche opérationnelle (la consommation hors ARV qui est problématique : les ARV sont gratuits mais la prise en charge des affections opportunistes est coûteuse)

Les questions actuelles

La prévalence de l’épidémie baisse partout dans le monde (la Côte d’Ivoire est aujourd’hui à 2,7%) ! La communauté des chercheurs ne baisse pas les bras et des essais sont en cours ou vont débuter très bientôt et la Côte d’Ivoire y participe dans un contexte du 90-90-90 fixé par l’OMS comme objectifs à atteindre : 90% des personnes vivant avec le VIH sont dépistées, 90% d’entre elles ont accès aux ARV et 90% ont accès à la charge virale :

Il en découle donc :

  • La question primordiale du dépistage : comment améliorer l’offre et l’accès à cet offre
  • Comment améliorer l’accès à la charge virale(qui est le meilleur outil pour le suivi biologique des PVVIH) ?
  • La prise en charge des co-morbidités (tuberculose, hépatites B et C) : 4 essais sont en cours
  • La question spécifique du VIH 2(particularité de l’Afrique de l’Ouest) : 1 essai début 2016
  • La simplification ou l’allègement des régimes thérapeutiques(diminuer le nombre de régimes de traitement : bi-thérapie ou monothérapie au lieu de la trithérapie actuelle) chez des personnes en succès de traitement afin d’améliorer l’observance, l’adhésion aux ARV.
  • L’épineux sujet de la prévention : appelée la PreP : prohylaxie pré-exposition : prendre des ARV avant un rapport pour éviter le SIDA chez des populations à risque : personnes vivant dans des couples sérodifférents, professionnels du sexeinjecteurs de drogue...

Quid du vaccin ?

Aucun traitement ou projet de vaccin n’a, à ce jour, réussi à éradiquer le VIH et permettre une guérison complète.

Néanmoins, il y a eu ce qu’on appelle de bons candidats vaccins au cours d’essais cliniques occidentaux qui peuvent à terme permettre une importante réduction de la quantité de virus dans le sang (qu’on appelle la  charge virale) par le biais d’injection une fois par mois ou même plus espacé en remplacement des comprimés à prendre tous les jours : ce sont les vaccins thérapeutiques.

Quant aux vaccins préventifs : un programme de recherche sur un vaccin préventif contre le VIH, encadré par l'ANRS et l'Institut de recherche vaccinale (VRI) a été lancé début 2014. Et aussi l’Afrique et la Côte d’ivoire ne resteront pas en marge de ces découvertes.

Nous Contacter

CHU de Treichville
pacci@pacci.ci
Abidjan - Côte d'Ivoire

Cliquez ici

Photos récentes